Créer un compte

Mon Panier

Fermer

Votre panier est vide.

12 novembre 2019
Posted by :

Peut-on faire confiance aux produits Bio espagnols ?

Le Made In Espagne Bio est sujet à polémique. Des méthodes industrielles, des sols pollués, des prix très bas … C’est l’occasion d’éclaircir le sujet.

Quoi de particulier en Espagne ?

L’Espagne est réputée pour ses méthodes industrielles en matière de production alimentaire conventionnelle. La production en Bio, s’est grandement calquée sur ce modèle.

C’est d’ailleurs le premier producteur Bio d’Europe avec 1,7 millions d’hectares de culture bio.

80% de la production est destinée à être exportée, essentiellement vers l’Allemagne, le Royaume Uni et bien sûr, la France.

2 critères qui la rendent hyper compétitive

L’humain

Les salaires espagnols sont bien plus bas qu’en France (18000 € en moyenne contre 30000 €). A cela, peut s’ajouter l’exploitation de travailleurs migrants venus du Maroc. Bio ou non Bio, ces conditions prédisposent l’Espagne à une agriculture intensive qui reste, même avec le coût du transport, vraiment compétitive.

L’ensoleillement

Il n’y a pas que les touristes qui vont chercher le soleil en Espagne. Les conditions sont particulièrement idéale pour tous les fruits et légumes qui ont besoin de chaleur et d’ensoleillement pour pousser. Par exemple les « légumes ratatouille » (tomates, poivrons, aubergines …) ou les agrumes. C’est végétaux poussent également en France mais moins vites et moins tôt.

Des exigences différentes des exigences françaises ?

Depuis les années 2000, le cahier des charge du label Bio a été harmonisé entre tous les pays européens. Ce qui veut dire que pour être labellisé Bio, les exigences sont les mêmes qu’on produise en France, en Espagne ou en Roumanie (pas d’OGM, pas d’utilisation de produits chimiques de synthèse …).

eurofeuille bio

Voici, pour rappel LA BASE : LE BIO C’EST QUOI ?

Donc théoriquement, les produits importés d’Espagne n’ont rien de plus ou de moins que ceux produits en France.

Des tomates sans goût et gorgées d’eau ?

Ça peut être vraie en conventionnel car la grande majorité de la production de tomates ou des fraises non Bio se fait en hydroponie, c’est à dire que les racines trempent dans une solution qui apporte des sels minéraux et des nutriments essentiels à la plante.

En Bio, il est interdit de faire produire en hors-sol. On évite ainsi d’avoir des produits gorgés d’eau et au goût dilué.

Comment s’y retrouver ?

D’un point de vue santé, les garanties de l’Union Européenne pour le Bio sont les mêmes que pour les fruits et légumes produits en France.

D’un point de vue fraicheur, l’organisation logistique est particulièrement efficace et organisée pour acheminer les produits en un temps record et dans les conditions optimales pour que les produits arrivent sur nos étales toujours frais.

D’un point de vue écologique, l’impact carbone reste important (il s’agit tout de même de semi-remorques traversant le pays pour amener nos produits à destination) même si la logistique est hyper optimisée.
Concernant le plastique, les maraîchers français cultivent également sous serre.
Et d’ici à l’interdiction du chauffage des serres en Bio, l’évidence est de consommer des produits de saison en banissant tomates et fraises en hiver par exemple.

D’un point de vue humain, le label bio ne prévoit pas de disposition particulière liée à la main d’oeuvre.

Pour conclure, l’idéal reste bien sûr de consommer Bio et local et fermier. Cependant, pour certains produits pas ou peu disponibles en France comme les agrumes par exemple, l’idée de se tourner vers des produits Bio espagnols peut-être une solution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top